blason de Guines

comtes de GUINES

histoires de familles

hirondelles


I F 18591314080 Sifrid le Danois, né 940, mort vers 965
Marié avec Elstrude de GAND, fille d'Arnoul 1er le Grand, comte de Flandre, et d'Alix de VERMANDOIS, dont:
  • H Ardolphe, qui suit
Origine des comtes de Guines
En 928, Sifrid ou Sigifrid ou Sigifroy, danois ou normand d'origine, après plusieurs ravages dans les pays voisins, et ayant embrassé la religion chrétienne, occupe la ville et terre de Guines qui appartenaient à l'abbaye de Saint Bertin.
Il s'y établit et bâtit une forteresse. Adolphe, abbé de Saint Bertin et les moines s'opposant à lui, il fait appel à Arnoul le Grand, comte de Flandre, à qui il fait hommage de la terre.
Il devient vassal d'Arnoul et épouse sa fille Elstrude de Flandre, fille d'Adèle de Vermandois. Sifrid se retire à Guines où il décède peu après. Il laisse un fils posthume Adolf qui sera porté sur les fonts baptismaux et élevé par Arnoul, nouveau comte de Flandre et frère d'Elstrude.

Du Chesne pense que, Guillaume, comte de Ponthieu, ayant envahi les terres de Boulogne et Guines, Arnoul le Grand appela à lui le secours de quelques Danois.

Lambert d'Ardres donnait une autre version: il était nommé le Danois à cause d'un fort lien de cousinage avec le roi de Danemark, mais il était issu de Vualbert, comte de Ponthieu, de Boulogne et Guines . Le comté de Guines était alors en ruine et peu habité, sans défense ni forteresse.
Sifrid fait construire à Guines une motte entourée d'un double fossé, y construit un fort.
Arnoul en est irrité et envoie ses ambassadeurs à Sifrid qui les reçoit avec les honneurs, et, sur le conseil des anciens du pays, se rend à Sithiu (Saint Omer) et y salue le comte Arnoul. Cnutus, frère du roi de Dace, neveu de Sifrid, intervient auprès d'Arnoul qui calme son ire et prend Sifrid par la main et lui rend son salut.
Sifrid rend hommage à Arnoul pour la terre de Guines et ils sont en grande amitié. Il séduit sa fille Elstrude qui a un enfant Adolf ou Ardolphe
.


II F 9295657040 Ardolphe de GUINES, né vers 966, comte de Guines, décédé après 996
Marié avec Mahaut de BOULOGNE, fille d'Arnoul (ou Ernicule), comte de Boulogne, dont:
  • H Raoul ou Rodolphe 1er de GUINES, qui suit
  • H Roger de GUINES
Création du comté de Guines
A la mort d'Elstrude, Arnoul comte de Flandre fait Adolf chevalier et comte de Guines. Il étend le comté de Guines à la terre de Bredenarde autour d'Audruicq.
Le comté de Guines comptera ainsi quatre châtellenies: Guines, Selnesse (Ardres), Tournehem et Audruicq. La terre de Merck (ou Marck) reste propriété de l'abbaye de Saint Bertin.
Ardolphe épousera Mahaut, fille du comte de Boulogne.


blason des comtes de Guines

comtes de Guines
III  F 4647828520 Raoul ou Rodolphe 1er de GUINES, né vers 992, comte de Guines, décédé le 30 mai 1036
Marié avec Roselle de SAINT POL, fille de Hugues de SAINT POL, comte de Saint Pol, dont:
  • H Eustache 1er de GUINES, qui suit
Triste réputation
A la mort d'Ardolphe, premier comte de Guines, vers 996, son fils Raoul (ou Rodolphe) lui succède.
Raoul épouse Roselle de Saint Pol, fille de Hugues de Saint Pol. Ils étaient cousins au 3ème degré. Raoul fait de grandes dépenses et prodigalités, et accable son peuple de sevitudes. Chacun, hommes, femmes et enfants, doit payer un denier par an, quatre au jour de ses noces et au décès.
Les étrangers demeurant un an et un jour au pays de Guines doivent s'acquitter de la redevance. Raoul introduit aussi la Coluekerlie (Colvekerlie dans Lambert d'Ardres) ou Massuerie, par laquelle ses sujets ne peuvent porter comme arme que des massues (Colue signifiait massue en langage commun et Kerli paysan).
Raoul mourra à Paris après avoir reçu deux blessures au cours d'un tournoi.
La chronique de Saint Bertin ajoute que son corps tombé de cheval fut dévoré par les chiens.

Lambert d'Ardres rapporte que Raoul, allant en France, passe par Surques, par une colline nommée Monflon, et y trouve plusieurs bergers. Il se déguise avec ses gens et leur demande comment va le comte de Guines. Les bergers répondent que c'est un homme cruel qui tyrannise, tourmente et détruit son peuple, le pays de Guines ne lui suffit pas, il est parti en France pour faire sa renommée, plaise à Dieu qu'il soit plongé dans la Seine ou la Loire, ou qu'on lui crève les yeux...
Arrivé à son tournoi, il est rapidement blessé au ventre, puis une flèche lui crève un oeil, les archers le dépouillent et le jettent à la Seine.



IV F 2323914260 Eustache 1er de GUINES, né vers 1016, comte de Guines
Marié avec Suzanne de GRAMINES, fille de Siger de GRAMINES, chambellan de Flandre, dont:
  • H Baudouin 1er de GUINES, qui suit
  • H F 2324107264 Guillaume de BOURNONVILLE, né vers 1040, marié avec Adèle de HESDIN
  • F Beatrix de GUINES
  • F Adèle de Guines
  • H Remelin de GUINES
Vassal du comte de Flandre
Eustache fait hommage à Baudouin IV Belle Barbe, comte de Flandre. Au contraire de son père Raoul, il laisse une image d'homme bon et juste.
En 1052, il assiste à le levée solennelle du corps de Saint Bertin.



blason de Bournonville
Bournonville
V  F 1161957130 Baudouin 1er de GUINES, né vers 1038, comte de Guines, mort après 1091
Marié avec Adèle de HOLLANDE, fille de Florent de HOLLANDE, comte de Hollande, et de Gertrude de SAXE, dont:
  • H Manassès de GUINES, qui suit
  • F Gisle de GUINES, épouse F 8580978564 Wenemar de GAND, châtelain de Gand, seigneur de Bornhem, d'où Arnoul de GUINES, qui sera le 1er comte de Guines issu de la maison de Gand
  • H Guy de GUINES, comte de Forons
  • F Alix de GUINES, mariée avec Geoffroy de SEMUR
  • H Hugues de GUINES, archidiacre en l'église de Thérouanne
  • H Fouques de GUINES, comte de Baruth (en Terre Sainte)
Baudouin 1er de Guines
Baudouin I succède à son père Eustache. Une charte de 1061 de Philippe I roi de France, témoigne de sa venue à la cour en compagnie du comte de Flandre Baudouin, de Eustache comte de Boulogne et d'Arnoul d'Ardres.
Lors d'un pélerinage à Saint Jacques de Compostelle, Baudouin s'arrête à l'abbaye Saint Sauveur de Charroux et y fait le voeu de fonder un monastère en ses terres. De retour, il fonde le monastère d'Andres qu'il dote de beaucoup de biens, dont la chapelle de Notre Dame du château de Guines, les dîmes de Spelleke, des bois et terres à Suaveque (Zouafques) et en Bredenarde... Baudouin d'Eperlecques assiste à la fondation de l'abbaye en 1081.
Les dons sont confirmés par Gérard, évêque de Terouenne (Thérouanne) en 1084.



VI Manassès de GUINES, comte de Guines
Marié avec Emme de TANCARVILLE, fille de Robert de TANCARVILLE, seigneur de TANCARVILLE, chambellan de Normandie, dont:
  • F Sybille ou Rose de GUINES, mariée avec Henry de BOURBOURG, châtelain de Bourbourg, dont:
    • F Beatrix de BOURBOURG, mariée avec Albert SANGLIER, puis mariée avec Baudouin d'ARDRES, sans enfant (seigneurs d'Ardres)
Manassès de Guines
Robert, appelé Manassès, succède à son père Baudouin I comte de Guines vers 1092. Réputé dans toute la France, la Normandie et l'Angleterre, il y fréquente la cour du roi Guillaume et y épouse Emme de Tancarville.
Il a été appelé Robert à cause de Robert le Frison, comte de Flandres qui l'avait tenu sur les fonts baptismaux.
Emme de Tancarville était la fille de Robert, seigneur de Tancarville, chambellan de Normandie, veuve d'Eudes de Folkestone.
A la demande d'Emme, il abolit la Coluekerlie, servitude que Raoul avait introduite et baillée en fief aux seigneurs de Hames.
Lambert d'Ardres raconte ainsi l'histoire: un homme libre, vassal et ancien féodal, nommé Guillaume de Bocorch, épouse une fille de Fiennes nommées Hawis. Le jour de ses noces, les officiers de Hames viennent réclamer à Hawis la redevance dite Coluekerlie. Elle affirme être de noble lignée et réussit à obtenir un délai de 15 jours.
Le jour venu, elle est contrainte de payer. Elle décide de se tourner vers Emme, l'épouse de Manassès, lui montre que les nobles sont traités comme des vilains. Emme prend pitié et voit l'ignominie de la situation. Elle convaint Manassès d'abolir la Coluekerlie. Il fait venir les seigneurs de Hames, et, avec leur consentement, il abolit la Coluekerlie et leur donne des terres en contrepartie. Les serfs sont émancipés.
En 1117, Manassès fonde une abbaye en l'honneur de Saint Leonard dans les faubourgs de Guines. A sa mort, Emme de Tancarville donne à l'abbaye une grande partie des héritages qu'elle a en Angleterre. En 1132, elle donne la direction de l'abbaye aux moines de Saint Bertin.

Succession de Manassès de Guines
Manassès et Emme ont une fille unique Sibylle aussi nommée Rose. Manassès aura d'autres enfants illégitimes.
Vers 1112, Rose, fille unique du comte Manassès de Guines, mariée à Henri I, châtelain de Bourbourg, accouche d'une fille Beatrix et meurt. Beatrix était maladive et souffrait de pierre et gravelle. Tous les frères de Manassès sont morts sans enfants. Manassès et Henry de Bourbourg marient Beatrix à un seigneur anglais nommé Albert, dit "porcq senglier" ou Albert Sanglier.

Dans les années 1130, Arnoul de Gand voyant son oncle Manassès de Guines vieillissant et malade, sans lignée, forme le dessein de devenir comte de Guines. Il réunit quelques chevaliers et implore son oncle de lui confier un fief en sa terre. Celui ci voyant sa petite fille Beatrix sans descendance et délaissée par Albert Sanglier son mari, voyant aussi l'hostilité des seigneurs d'Ardres, et considérant la valeur de son neveu, lui baille en fief la ville et seigneurie de Tournehem.
Arnoul s'allie à Guillaume de Saint Omer, châtelain de Saint Omer et épouse sa fille Mahaut de Saint Omer. Il lui assigne en douaire la terre de Tournehem et ses dépendances, et ils vont habiter au château de ce lieu.

Manassès meurt en 1137; voyant les visées de Arnoul de Gand, Henry fait avertir Albert Sanglier et le fait venir prendre possession du comté de Guines.Albert Sanglier arrive promptement à Guines, succède à Manassès et fait hommage à Thierry d'Alsace comte de Flandres. Puis il rentre en Angleterre pour s'occuper de ses autres possessions et ne se soucie plus de son épouse. Il confie le gouvernement du comté à Arnoul de Hames, dit le Mangeur.
Arnoul de Gand, avec l'appui de quelques barons, s'installe dans la forteresse de Guines.
Arnoul, vicomte de Marck, traite avec Arnoul, et s'engage à le reconnaître comme comte de Guines si Albert Sanglier ne revient pas dans les 40 jours, pourvu que les autres barons et pairs en fassent autant.

Baudouin d'Ardres, fils puîné d'Arnoul le Vieil, seigneur d'Ardres, qui ne posséde encore rien dans le comté de Guines, et qui comme ses ancêtres avait toujours été hostile aux comtes de Guines, se range auprès d'Arnoul de Gand dès qu'il a pris le château de Guines. Presque tous les barons se rallient, sauf Arnoul de Hames à qui Albert Sanglier avait confié le gouvernement du comté.
Arnoul de Hames se retire dans le château d'Auderuic (Audruicq), où Henry de Bourbourg vient le rejoindre avec des hommes d'armes.
Peu après, Arnoul le Jeune, seigneur d'Ardres est assassiné par ses domestiques dans un bois proche de Northout. Il se montrait agréable aux chevaliers et seigneurs, mais cruel avec son peuple.
Le meurtre est rapporté, le jour de la fête des Saint Innocents, à Arnoul de Gand, qui dîne avec Baudouin d'Ardres, frère du défunt et quelques autres chevaliers. Arnoul se lève de table et conduit en diligence Baudouin à Ardres où il lui fait ouvrir les portes de la ville et du château et le met en possession de la baronnie. Baudouin retrouve plusieurs des meurtriers: certains sont roués, d'autres démembrés vifs, d'autres traînés par des chevaux.
Arnoul de Gand, ayant rassemblé tout ce qu'il peut, part ensuite mettre le siège devant Auderuic(Audruicq), en compagnie du châtelain de Saint Omer son beau père, de Baudouin, seigneur d'Ardres, et de plusieurs autres.
Les premiers assauts sont contenus par Arnoul de Hames et Henry de Bourbourg retranchés dans la place. Arnoul de Gand fortifie la tour de l'église et commence à battre le donjon.
Les assiégés se retirent de nuit vers Bourbourg. Arnoul de Gand devient ainsi seul possesseur du comté de Guines et garnit de soldats et munitions les forteresses du comté.

Seul le château d'Omerval voisin d'Audruicq, largement démoli, construit par un homme riche de Bredenarde, Omer de Echardz (des Essarts?) n'est pas gardé. Henry de Bourbourg le fait secrètement rebâtir et fortifier, et s'y jretranche avec la fleur de ses plus braves chevaliers. D'où le nom de "la fleur" attaché à ce lieu. Mais Arnouil de Gand convoque à Audruicq ses barons et des chevaliers. Les assiégés tentent une sortie inopinée au cours de laquelle est tué Gosson de Northout. Pendant leur retraite, une flèche blesse grièvement à la tête Baudouin seigneur d'Ardres.
Arnoul de Gand ramène Baudouin à Ardres et Henry de Bourbourg se retire honteusement vers Bourbourg. Arnoul revient démolir Omerval.
Mais les combats se poursuivent. Apès l'épisode du siège d'Omerval, Henry de Bourbourg dévaste le comté de Guines. Baudouin d'Ardres, guéri de sa blessure se rallie à Henry sur conseil de Thierry, abbé de la Capelle. Henry de Bourbourg sollicite Berwin, prêtre de Saint Omer, pour obtenir une séparation judiciaire entre Beatrix et Albert Sanglier . Il marie Beatrix à Baudouin. Baudouin et Henry se mettent en guerre contre Arnoul qui n'a plus que ses forteresses comme endroit sûr.

Mais à la mort de Beatrix en 1141, Henry se retire à Bourbourg. Arnoul de Gand s'impose comme comte de Guines. Il prend les armes et le nom de Guines.




comtes de Guines
issus de Wenemar de GAND et de Gisle de GUINES
VI a F 290489282 Arnoul 1er de GUINES, seigneur de Tournehem, puis comte de Guines, mort en 1169 à Newenton (Angleterre)
Marié avec Mahaut de SAINT OMER, fille de Guillaume de SAINT OMER, châtelain de Saint Omer, et de Melissende de PICQUIGNY, dont:
  • H Baudouin II de GUINES, qui suit
  • H F 290489056 Siger de GUINES, dit de GAND, né vers 1145, marié avec Péronnelle de COURTRAI, fille de Roger de COURTRAI, châtelain de Lille, d'où la branche des seigneurs de Gand
  • F Adelis de GUINES, mariée avec Hugues de LILLE puis Robert de WAVRIN
  • F Eusemie de GUINES
  • F Mahaut de GUINES, épouse Baudouin de Hondeschotte
  • F Luthgarde de GUINES
  • F Agnès de GUINES
  • F Gisle de GUINES, épouse Gautier de POLLAR
  • F Beatrix de GUINES, épouse Hugues de Beaumez
  • F Marguerite de GUINES, épouse Roger de Courtrai et Eustache de Fiennes
  • H Manassès de GUINES
  • H Guillaume de GUINES
Arnoul de Gand
En 1155, Baudouin, fils aîné d'Arnoul de Gand, épouse Chrétienne, héritière d'Ardres. Arnoul de Marck, nouveau seigneur d'Ardres et Arnoul de Gand étaient en grande amitié et avaient ainsi ramené la paix entre leurs domaines.
C'est Thomas de Cantorbery, chancelier d'Angleterre, qui confère la chevalerie à Baudouin, fils aîné d'Arnoul de Gand vers 1158.
En 1167, Arnoul transfère sa cour à Ardres.
Arnoul de Gand meurt en Angleterre en 1169 (d'après le Père Anselme) et est inhumé à Saint Inglevert.




VII a  F 8145247488 Baudouin II de GUINES, né vers 1135, comte de Guines, décédé le 2 janvier 1205
Marié avec Chrestienne d'ARDRES, fille d'Arnoul de MARCQ, vicomte de Marcq et seigneur d'Ardres, et d'Adeline d'ARDRES, (seigneurs d'Ardres) dont:
  • H Arnoul II de GUINES, qui suit
  • H Manassès de GUINES
  • H Baudouin de GUINES, chanoine en l'église de Thérouanne
  • H Siger de GUINES, marié avec Adelis de SELTUN
  • H Gilles de GUINES, seigneur de Loresse, épouse Chrestienne de MONTGARDIN
  • F Marguerite de GUINES, épouse Rabodon de RUMES
  • F Mabile de GUINES, épouse Jean de CHISOIN
  • F Mahaut de GUINES, épouse Guillaume de TIEMBRONNE
  • F Adeline de GUINES, épouse F 145256708 Baudouin II de MARQUISE
  • H Guillaume de GUINES
Baudouin le Juste
Baudouin II succède à Arnoul son père en 1169. Il administre sagement le comté, est surnommé "juste juge" et "justicier admirable". Il fait bâtir près de son donjon de Guines une riche et somptueuse chapelle.
Il fait élever sur son donjon une belle maison ronde couverte de plomb, dotée de tant de pièces qu'elle ressemble presque à un labyrinthe.
Baudouin répare le château de Tournehem qui tombait en ruines, et entoure la ville d'un large et profond fossé, redresse les murailles et boulevards, et fait faire un grand étang au dehors. Il fait transférer le marché hebdomadaire de Sutquerque (Zutkerque) à Auderuic (Audruicq). Il voulait rendre Audruicq plus célèbre. Il ordonne aussi qu'une foire solennelle se tienne tous les ans à la Pentecôte à Audruicq. Il fait entourer la ville de doubles fossés avec une motte au milieu. Il fait édifier une chapelle à Saint Nicolas.
Dans ces années, les comte de Guines recoivent d'illustres visiteurs, venant ou allant en Angleterre, tels Thomas Beckett, archevêque de Cantorbery en 1170, ou Louis VII en 1179.
Le 24 mai 1181, Arnoul de Guines est adoubé par son père Baudouin en présence de Philippe d'Alsace, comte de Flandre, en même temps que ses amis Eustache de Salperwick et Simon de Niesles.

Vassal de Philippe Auguste
En 1180, Philippe Auguste épouse Isabelle de Hainaut, fille du comte Baudouin V de Hainaut, nièce du comte de Flandre Philippe d'Alsace qui n'a pas d'enfant. Arras, Aire, Hesdin et Saint Omer sont donnés en dot à Isabelle. Cette région formera le comté d'Artois. L'hommage du comté de Guines fait aussi partie de la dot.
Philippe d'Alsace veuf se remarie en 1184 avec une princesse de Portugal et lui donne l'Artois en douaire. La guerre commence entre le roi de France et le comte de Flandre allié au comte de Hainaut son beau père. Philippe d'Alsace s'avance jusqu'en Ile de France mais se retire devant l'armée royale assemblée à Senlis.
Philippe d'Alsace ne réussit pas à obtenir l'alliance du roi d'Angleterre et perd l'appui du comte de Hainaut: il doit demander une trêve. En échange, par le traité de Boves de juillet 1185, Philippe Auguste récupère l'Artois et plusieurs places en Picardie et Vermandois. Isabelle meurt en 1190, le comte de Flandre Philippe d'Alsace meurt de la peste à Saint Jean d'Acre le 1er juin .
Baudouin VIII de Hainaut s'empare de la Flandre et prête hommage à Philippe Auguste. L'Artois revient au fils du roi le futur Louis VIII.
Par un jugement rendu à Arras en octobre 1191, Mahaut, veuve de Philippe d'Alsace, se voit attribuer en douaire Lille, Cassel, Bourbourg, Bergues, Watten et plusieurs autres villes.
En 1192, le comte de Guines et Renaud de Dammartin prêtent hommage de nouveau à Philippe Auguste pour leurs comtés de Guines et de Boulogne.
En 1196, Philippe Auguste parvient à faire reconnaître par Baudouin la suzeraineté du roi de France sur les comtés de Boulogne et de Guines.

Flandres, Boulogne et Guines contre le roi de France
Mais en 1197, renversement d'alliances: Baudouin comte de Guines et Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, se rallient à Richard coeur de Lion, ainsi que le comte de Flandre Baudouin. Celui ci dénonce le traité de Boves et réclame l'Artois. Baudouin prend le Vermandois et assiège Arras mais doit bientôt se replier vers Bailleul devant l'armée de Philippe Auguste. Le roi et son armée se retrouvent piégés dans les marais devant Ypres, le roi doit s'engager à rendre l'Artois. Mais, revenu à Paris, il dénonce aussitôt cette promesse.
En septembre 1198, siège de Saint Omer par le comte de Flandre; Renaud, comte de Boulogne, Baudouin comte de Guines et Arnoul son fils tiennent le parti du flamand.
Guillaume de Saint Omer, châtelain de la ville, dirige la défense. Arnoul de Guines participe au siège avec les milices de Bourbourg et d'Ardres: il mène l'assaut contre la porte de Boulogne avec une tour en bois et des machines de guerre. Il y porte de si puissants assauts que les habitants sont obligés de rendre la ville.
En 1199, le comte de Guines Baudouin et le comte de Boulogne Renaud viennent prêter hommage au nouveau roi d'Angleterre Jean sans Terre.
Par le traité de Péronne de 1200, Philippe Auguste laisse à Baudouin de Flandres Ardres, Saint Omer, Aire, et l'hommage du comté de Guines. Le roi garde Arras, Hesdin et Lens, ainsi que l'hommage du comté de Boulogne. En 1203, Philippe Auguste intervient de nouveau dans le comté de Guines, Baudouin de Guines doit se constituer prisonnier auprès du roi avec deux de ses fils Gilles et Siger suite à la conquête de son comté. Il ne peut pas payer sa rançon et doit prêter hommage au roi. Il sera libéré en 1205 et mourra en 1206. Son fils Arnoul fait allégeance au roi.


Philippe Auguste

Philippe Auguste
VIII a  F 72623744 Arnoul II de GUINES, comte de Guines, seigneur d'Ardres, décédé en 1220
Marié avec Beatrix de BOURBOURG, fille de Gautier de BOURBOURG, châtelain de Bourbourg, et de Mahaut de BETHUNE, dont:
  • H Baudouin III de GUINES, qui suit
  • H Henry de GUINES
  • F Beatrix de GUINES, première abbesse de l'abbaye de Bouham, fondée par sa mère en 1223
  • F Mahaut de GUINES, troisième femme de Hugues de Châtillon, comte de Saint Pol, morte en 1262
  • F Chrestienne de GUINES
  • H Arnoul de GUINES
  • H F 36311872 Robert de GUINES, marié avec Marotain de HAMES
  • F Adelis de GUINES
  • F Beatrix la Jeune de GUINES
Arnoul de Guines, Ide de Boulogne et Renaud de Dammartin
Ide fille de Mathieu d'Alsace comte de Boulogne avait été mariée deux et deux fois veuve.
Renaud de Dammartin, fils d'Albert de Dammartin, ayant quitté sa femme, envoye des députés vers Ide pour la demander en mariage. Elle aurait accepté, mais Philippe de Flandre son oncle n'y est pas enclin car il se méfie des seigneurs français, notamment Renaud qu'il sait parent et favori du roi Philippe Auguste; de plus, c'est lui qui a la garde du comté et perçoit les revenus.
Ide tourna ses affections vers Arnoul de Guines, fils de Baudouin II, elle envoye des députés vers lui, et vient lui rendre visite à Ardres ou elle est reçue somptueusement (elle prend prétexte de la mort de son messager chez Arnoul pour se rendre elle même à Ardres) .
Arnoul dispose Philippe de Flandre à agréer sa demande en mariage.

Renaud de Dammartin vient secrètement auprès de la comtesse, l'enleve et se retire avec elle à Risle en Lorraine.
De là, elle écrit à Arnoul avoir été enlevée de force et dit vouloir l'épouser s'il vient la délivrer. Mais aussitôt arrivé dans Verdun avec Eustache de Salperwick et quelques chevaliers, il est arrêté par Renaud qui avait été prévenu par Ide de son arrivée.
Il sera libéré après quelques mois de captivité par Albert evêque de Verdun .
La rivalité entre Arnoul de Guines et Renaud de Dammartin entraînera des combats incessants dans le comté de Guines. La châtellenie d'Eperlecques, rattachée au comté de Boulogne et enclavée dans le comté de Guines, est dévastée.
En 1198, Arnoul de Guines épouse l'héritière de la châtellenie de Bourbourg et ajoute cette terre à ses possessions.


Le comte de Guines à Bouvines
En 1209, Philippe Auguste vient en personne guerroyer aux côtés de Renaud de Dammartin contre le nouveau comte de Guines Arnoul. Il laisse des garnisons françaises dans tout le comté. En 1210, le prince Louis réussit à susciter un accord entre Renaud et Arnoul.
En 1212, Jeanne, fille de Baudouin, comte de Flandres, épouse Ferrand de Portugal, qui devient comte de Flandre et prête hommage à Philippe Auguste. Après les noces, Philippe Auguste les arrête à Péronne et investit Saint Omer et Aire qui avaient été promises par Ferrand.
Par la paix de Pont à Vendin du 24 février 1212, Ferrand abandonne au dauphin Louis les villes investies (Aire et Saint Omer) ainsi que le Bredenarde.
Philippe Auguste est en conflit avec son ancien ami Renaud de Dammartin, refugié en Angleterre, à qui il a confisqué son comté.
Arnoul de Guines prête hommage à Philippe Auguste et à son fils Louis.
Vers 1213, Philippe Auguste ordonne la confiscation des biens féodaux de Jean sans Terre, le roi d'Angleterre. Fin 1213, Ferrand de Portugal se révolte et s'allie à Jean sans Terre. Ferrand et Renaud de Dammartin envahissent le comté de Guines, détruisent Zouafques, Coulogne et Tournehem.
Philippe Auguste assemble à Boulogne une flotte et une armée pour envahir l'Angleterre mais Jean sans Terre fait mine de se soumettre, l'armée royale est détournée vers la Flandre et s'empare de Cassel, Ypres, Bruges et assiège Gand.
Dans un second temps, le roi parti, en février 1214, les révoltés ravagent Sangatte, Guines et le pays de Brédenarde. Ils capturent Beatrix de Bourbourg, l'épouse d'Arnoul de Guines.
Les envahisseurs restent quatre jours à Ardres où ils font de gros dégâts. Renaud de Dammartin met le feu au château de Colewide et fait abattre le donjon. Puis il détruit Guines, son château et les maisons du comte, en excitant les anglais qui avaient souvent payé péage en ce lieu.
Le 27 juillet 1214, la bataille de Bouvines oppose Philippe Auguste à Ferrand et ses alliés anglais et germaniques. Ferrand et Renaud sont prisonniers. Arnoul de Guines, qui a combattu dans les rangs français, est débarassé de ses ennemis.
La châtellenie d'Eperlecques qui faisait partie du comté de Boulogne passe dans le domaine du roi de France.

Dans les années qui suivent, Arnoul de Guines accompagne Louis de France dans ses expéditions en Angleterre, mais en 1216 des anglais dévastent ses terres.
Il mourra en 1220 au retour du Languedoc où il a guerroyé contre les Albigeois. Il est enterré en l'abbaye d'Andres.

bataille de Bouvines

Bouvines
IX a  F 72624368 Baudoin III de GUINES, comte de Guines, seigneur d'Ardres, châtelain de Bourbourg, décédé en 1244, inhumé en l'église de l'abbaye d'Andres
Marié avec Mahaut de FIENNES, fille de Guillaume de FIENNES, seigneur de Fiennes, et d'Agnès de DAMMARTIN, dont:
  • H Arnoul III de GUINES,  qui suit
  • F Adelfie de GUINES, mariée avec Guillaume de SAINT OMER, châtelain de Saint Omer, comte de Fauquembergues
  • F Ydes de GUINES, mariée avec Gérard de PROSNY
  • H Baudouin de GUINES, chevalier, seigneur de Sangatte, marié avec Ysabeau, dame d'Annequin



X a  F 36312184 Arnoul III de GUINES, comte de Guines, seigneur d'Ardres, châtelain de Bourbourg, décédé en 1283
Marié avec Alix de COUCY, dame de Coucy, fille d'Enguerrand de COUCY, comte du Perche, seigneur de Coucy, et de Marie de MONTMIRAIL, dont:
  • H Baudouin IV de GUINES, qui suit
  • H F 18156092 Enguerrand V de COUCY, seigneur de Coucy et Montmirail, marié avec Chrestienne BALLIOL, fille de Thomas BALLIOL, nièce de Jean BALLIOL, roi d'Ecosse
  • H Jean de GUINES, vicomte de Meaux, marié avec Jeanne de CHANTILLY, dont
    • Jeanne de GUINES, mariée avec Gaucher de CHATILLON
  • F N. de GUINES, mariée à un seigneur irlandais
  • F Alix de GUINES, mariée avec Gautier BERTOUT, seigneur de Malines
  • F Ysabeau de GUINES, mariée avec Gaucher de BAZOCHES
  • F Beatrix de GUINES, abbesse de Blendecques, morte le 23 septembre 1287
La rançon d'Arnoul de Guines
Le 4 juillet 1253, Arnoul III, comte de Guines, qui avait succédé à son père Baudouin en 1244, est fait prisonnier par Guillaume de Hollande à la bataille de West-Cappel. Il est remis en liberté contre une énorme rançon.
Pour se ra
cheter de captivité, Arnoul doit emprunter la somme de vingt mille sept cent vingt livres aux échevins des 4 bans de la terre de Guines (Guines, Ardres, Audruicq et Bredenarde). Il est obligé de vendre son comté.
Par contrat de février 1282 à Paris, Arnoul III de Guines vend au roi Philippe III le Hardi, fils de Saint Louis, les villes et territoires de Guines, Montoire et Tournehem, et toute la terre et comté de Guines avec ses dépendances. Le roi promet aussi de l'acquitter de toutes les dettes et obligations qu'il avait envers les 4 bans de la terre de Guines
Le comté de Guines est passé à la France.



blason de Coucy
Coucy
XI a Baudouin IV de Guines, seigneur d'Ardres, châtelain de Bourbourg, décédé en 1293
Marié avec Catherine de MONTMORENCY, fille de Mathieu III de MONTMORENCY, seigneur de MONTMORENCY et de Jeanne de BRIENNE (famille de Montmorency), dont:
  • F Jeanne de GUINES, comtesse de Guines, mariée avec Jean de BRIENNE, comte d'Eu
  • F Blanche de GUINES, décédé en 1341 sans avoir été mariée. Elle avait reçu en partage la seigneurie de Colewide et la châtellenie de LANGLE

Fin des comtes de Guines
Le fils d'Arnoul III, Baudouin IV tente de récupérer le comté par une action en justice. La cour juge au Parlement de la Toussaint 1283 que Baudouin IV de Guines n'est pas recevable dans son action contre Philippe III pour lui recouvrer le comté de Guines avec les terres qui en dépendaient, vendues par Arnoul III.
En 1295, Philippe le Bel, rendra à Jeanne de Guines petite fille d'Arnoul III, une partie du comté de Guines. Son époux Jean de Brienne, comte d'Eu, aura aussi le titre de comte de Guines. Ils avaient présenté à Philippe le Bel une requête fondée sur le fait qu'Arnoul avait donné à son fils Baudouin les forteresses et villes de Guines, Ardres, Audruicq et Bredenarde pour son mariage et ne pouvait donc pas les aliéner. L'ordonnance de Philippe le Bel ne comprend pas la forteresse de la Montoire ni le châtellenie de Tournehem qui restent attachés à l'Artois.


Descendance de Jeanne de Guines
Les descendants de Jeanne de Guines, Raoul I et Raoul II de Brienne seront les derniers comtes de Guines. Raoul II, connétable de France, est capturé à Crécy en 1346 et retenu 3 ans en Angleterre. Il sera accusé de trahison et décapité à Paris en l'hôtel de Nesle le 19 novembre 1350.
sources:
Histoire généalogique de la maison de Guines  (André Du Chesne, 1631)
Histoire généalogique tome VIII  (Père Anselme, 1728)
Chronique d'Ardres (Lambert d'Ardres, vers 1195)

mise à jour : mai 2015
haut de page