Ardres


seigneurs d'ARDRES

histoires de familles

hirondelles

sources:
Histoire généalogique de la maison de Guines  (André Du Chesne, 1631)
Chronique d'Ardres (Lambert d'Ardres, vers 1195)

 
mise à jour : mai 2015

I 2323959832Elbodon de BERGUES
Marié avec Adèle de SELNESSE, dame d'Ardres, dont:
  • H Arnoul 1er d'Ardres, qui suit
Fondation et développement d'Ardres
Au début du XIème siècle, la ville d'Ardres appartenait à une noble et riche dame nommée Adèle de Selnesse, nièce de Frameric evêque de Therouanne. Adèle tenait de son oncle des propriétés à Peuplingues, Ghimmy( Guémy)..., les eglises de Bonningues et Suaveque (Zouafques).
Adèle était sollicitée en mariage par Eustache de Guines, mais son oncle résolut de la marier avec un chevalier du pays de Flandre, de la noblesse de Furnes: Herrebert ou Herred.
Il institue Herred pair et baron de la cour épiscopale de Thérouanne. Herred et Adèle demeurent à Selnesse.
Herred meurt en laissant deux filles à Adèle.

Adèle se remarie à Elbodon, châtelain de Bergues et a un fils nommé Arnoul. Apprenant que Herred avait le projet d'habiter à Ardres, Elbodon veut y faire construire une maison. Il essarte le bois d'Aune qui s'étendait de la fontaine Saint Folquin jusqu'au parvis de l'église Saint Omer. Il dresse une écluse ou chaussée dans le milieu du marais et avec les eaux de la fontaine Saint Folquin et de quelques autres, il fait faire un étang. Il fait aussi construire un moulin.

Adèle meurt peu après et est inhumée dans le cimetière de Saint Omer d'Ardres. Elbodon lui survit longuement. Son fils Arnoul dit l'Avoué, lui succédera.



II  21161979916Arnoul 1er d'ARDRES, dit l'Avoué, seigneur d'Ardres, sénéchal du Boulonnais, mort en 1093 à Saint Omer
Marié avec Mahaut de MARQUISE, fille de Geoffroy de MARQUISE, seigneur de Marquise, dont:
  • H Arnoul II d'ARDRES, qui suit
  • H 581026832Geoffroy d'ARDRES, seigneur de Marquise
  • F Ermentrude d'ARDRES
  • F Jocaste d'ARDRES, épouse Estienne de BRUNEMBERG
  • F Emme d'ARDRES, épouse Jean de BELLEBRONE
  • F Hellewide d'ARDRES, épouse Hemfroy d'ORDRES
Développement d'Ardres
Vers 1060, Arnoul construit une motte et un donjon à Ardres. Il vient y habiter après avoir démoli le château de Selnesse.
Contre un plein boisseau d'argent, il obtient de Baudouin I, comte de Guines, de faire d'Ardres une ville libre et franche, malgré sa petite étendue.
Il institue douze pairs ou barons dépendant de son château d'Ardres, crée un marché tous les jeudi et ordonne des échevins (jugeant conformément à la juridiction des échevins de Saint Omer).
Avec le consentement de Drogon ou Dreux évêque de Thérouanne, et de Gautier, administrateur de l'église  de Saint Omer d'Ardres, il établit à Ardres un collège de dix chanoines (Gautier est le premier). Il attribue à l'entretien des chanoines les dîmes de Frelinghem..., les églises de Zouafques, Bonningues, un moulin et quelques autres terres...
Cela est confirmé par une lettre de Drogon, evêque de Thérouanne en 1069.
Arnoul fait venir en l'église d'Ardres des reliques: une dent de Saint Omer, qu'il fait mettre dans une châsse d'or et de pierres, une croix offerte par l'abbé de Saint Bertin avec des cheveux et vêtements de la Vierge, de Saint Pierre...
Il est appelé l'Avoué parce que les moines de Saint Bertin l'avaient établi avoué, protecteur et administrateur des leurs possessions dans le comté de Guines.
Il voyage beaucoup et acquiert une grande réputation dans l'art des armes et des tournois.
Eustache aux grenons, comte de Boulogne, l'institue son sénéchal, justicier et bailly pour toutes ses terres.
Il s'acquitte si bien de cette tâche que le comte Eustache lui donne comme fief perpétuel son droit d' hommage des seigneuries d'Hénin Liétard et l'Ecluse près de Douai.

Sa première femme est  Mahaut de Marquise qui lui donne plusieurs enfants avant de mourir en couches.
Il se remarie avec Clémence, veuve de Hugues le Vieil comte de Saint Paul. Il exerçe la fonction de comte et se retire à Ardres à la mort de Clémence. Il y bâtit au milieu du marché une nouvelle grande église Notre Dame de Saint Omer.
Ses fils Gonfroi et Arnoul prennent part à la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie, qui leur donne plusieurs fiefs en cette île ( Winctone, Dokesworde, Tropintone, Leileforde, Toleshonde et Horlande).




III 580989958Arnoul II d'Ardres, dit Le Vieil, seigneur d'Ardres, mort en 1117 à Ardres
Marié avec Gertrude de GAND, fille de Baudouin 1er de GAND, seigneur d'Alost, dont:
  • H Arnoul d'ARDRES, dit le Jeune, seigneur d'Ardres, marié avec Perenelle de BOUCHEIN, dont:
    • Robert d'ARDRES
  • H Baudouin d'ARDRES, seigneur d'Ardres à la mort de son frère Arnoul, marié avec Beatrix de BOURBOURG, sans postérité
  • F Adeline d'ARDRES, héritière d'Ardres, mariée avec Arnoul de MARCQ, dit de Colewide, vicomte de Marcq, dont:
    • Chrestienne d'ARDRES, dame d'Ardres, de Marcq et de Colewide, mariée avec 145247488Baudouin II de Guines (comtes de Guines)
L'ours d'Ardres
Vers 1095, Arnoul II dit le Vieil succède à son père Arnoul I d'Ardres.
Il part  pour la première coisade avec le comte de Flandres Robert II, Godefroy de Bouillon, fils du comte de Boulogne, Foulques, fils du comte de Guines, Robert seigneur de Licques...  Il est avec Robert II au siège d'Antioche. Daprès Lambert d'Ardres, Arnoul ramène à Ardres de la barbe de Notre Seigneur, du bois de la vraie croix, et d'autres reliques...
Il souscrit une charte de l'abbaye d'Andres en 1110 ou il est appelé Arnoul d'Ardres le Flamen.Il épouse Gertrude de Gand et reçoit en dot des terres de la châtellenie de Bruges. Voulant établir un étang à Brames, contre le gré du comte de Guines et de plusieurs seigneurs, les seigneurs de Fiennes, qui s'étaient déjà révolté contre son père, prennent les armes contre lui. Mais Arnoul les bat et les repousse et ils s'accordent de nouveau avec lui.

Manassès comte de Guines entre en guerre contre lui car Arnoul avait refusé de lui rendre hommage comme son père.
Un jour, Manassès assiège Ardres, brûle les maisons et l'église, et Arnoul est obligé de se retirer dans le donjon. Arnoul tente une sortie et repousse les assiégeants jusque dans Guines.
Pendant les treves, Arnoul répare et étend le fossé de la forteresse.
Il finit par faire la paix avec Manassès. Il bâtit sur son donjon une magnifique maison de bois qui surpasse les plus belles maisons de Flandre.

Arnoul le Vieil seigneur d'Ardres et sa femme Gertrude de Gand sont remarqués pour leur avarice. Vers 1100, Arnoul se rend en Angleterre ou le roi Guillaume II lui offre un ours qu'il ramène à Ardres.
Ses vassaux apprécient tellement le spectacle qu'ils demandent à le revoir à chaque jour de fête. Ils s'obligent même à procurer sur chaque journée un pain pour sa nourriture. Ils n'avaient pas prévu que, même après la mort de l'ours, le seigneur d'Ardres continuerait à exiger ce pain comme tribut; on l'appellera le pain d'angoisse, ou encore le fournage de l'ours .

D'après Lambert, sa femme Gertrude voulant agrandir son bercail fait demander des agneaux à tous les sujets de la terre d'Ardres. Les domestiques chargés de cela arrivent à la maison d'une pauvre femme où sept enfants pleurent de faim. Ils insistent par plaisanterie, elle répond que s'ils veulent emmener un enfant pour le nourrir, elle accepte volontiers. Gertrude accepte, et cette fille devenu en âge d'être mariée, elle la marie et la met en état de servitude perpétuelle.
Elle réduira aussi en servitude quelques hommes libres venus de son pays pour la servir. (Son fils Baudouin les remettra en liberté).


La succession de Manassès de Guines
A la mort de Manassès, comte de Guines, en 1137, son neveu Arnoul de Gand tente de s'emparer du comté de Guines au détriment de Beatrix de Bourbourg, unique petite fille et héritière de Manassès.

Baudouin d'Ardres, fils puîné d'Arnoul le Vieil, seigneur d'Ardres, qui ne posséde  encore rien dans le comté de Guines, et qui comme ses ancêtres avait toujours été hostile aux comtes de Guines, se range auprès d'Arnoul de Gand.
Peu après, Arnoul le Jeune, seigneur d'Ardres est assassiné par ses domestiques dans un bois proche de Northout. Il se montrait agréable aux chevaliers et seigneurs, mais cruel avec son peuple.
Le meurtre est rapporté, le jour de la fête des Saint Innocents, à Arnoul de Gand, qui dîne avec Baudouin d'Ardres, frère du défunt et quelques autres chevaliers. Arnoul se lève de table et conduit en diligence Baudouin à Ardres où il lui fait ouvrir les portes de la ville et du château et le met en possession de la baronnie. Baudouin retrouve plusieurs des meurtriers: certains sont roués, d'autres démembrés vifs, d'autres traînés par des chevaux.

Baudouin d'Ardres accompagne Arnoul de Gand qui prend le château d'Audruicq et devient seul pssesseur du comté de Guines. Arnoul de Gand devient seul possesseur du comté de Guines.
Seul le château d'Omerval voisin d'Audruicq, résiste. Pendant le siège,  une flèche blesse grièvement à la tête Baudouin d'Ardres. Arnoul de Gand le ramène à Ardres.

Mais les combats se poursuivent. Baudouin d'Ardres, guéri de sa blessure se rallie à Henry de Bourbourg sur conseil de Thierry, abbé de la Capelle. Henry de Bourbourg sollicite Berwin, prêtre de Saint Omer, pour obtenir une séparation judiciaire entre Beatrix et Albert Sanglier . Cela fait, il marie Beatrix à Baudouin. Baudouin et Henry se mettent en guerre contre Arnoul qui n'a plus que ses forteresses comme endroit sûr.
Mais à la mort de Beatrix en 1141, Henry se retire à Bourbourg. Arnoul de Gand s'impose comme comte de Guines. Il prend les armes et le nom de Guines.

Baudouin d'Ardres part pour la croisade avec Thierry comte de Flandre et Louis roi de France.
En 1155, Baudouin, fils aîné d'Arnoul de Gand, épouse Chrétienne, héritière d'Ardres. Arnoul de Marck, nouveau seigneur d'Ardres et Arnoul de Gand étaient en grande amitié et avaient ainsi ramené la paix entre leurs domaines.
 


haut de page